On aurait pu me taxer de ringard ! Oui car mon histoire, ma vie, ma passion et mes convictions m’ont fait adorer ce merveilleux support qu’est l’affichage.

affichage affiches de cirque editos promocyrk

On aurait pu me taxer de ringard ! Oui car mon histoire, ma vie, ma passion et mes convictions m’ont fait adorer ce merveilleux support qu’est l’affichage. N’oublions pas que l’inventeur génial (et son diffuseur à grande échelle) de ce mode de communication fut Phineas Taylor BARNUM, aussi fondateur du « Greastest show on earth » qui portait son nom « CIRQUE BARNUM » avant d’avoir différents associés au court du 19ème siècle.

À l’époque et avant le passage des afficheurs de son cirque, il faisait lui-même construire dans la ville où le cirque allait se produire, par sa propre équipe de menuisiers, de grandes palissades afin d’y apposer d’immenses affiches publicitaires à la gloire des artistes qui se produisaient sur sa piste. Les plus grands peintres de l’époque telle que SEURAT, CHERET ne s’y sont pas trompés et ont créés de superbes fresques reproduites par la suite en gigantesque affiche murale grâce à la lithographie.

À la fin du 20ème siècle, on commençait déjà d’accuser ce média de polluer visuellement, de salir les villes avant finalement de l’interdire au profit d’agences spécialisées ! N’aurait-on pas du tout simplement le réglementer en accompagnant ses acteurs principaux comme pouvait le faire l’afficheur nommé par chaque municipalité et qui était en charge jusqu’au milieu du 20ème siècle de la bonne pose des affiches dans la ville ?

Aujourd’hui, l’affichage sauvage revient « en force » grâce, entre autres, à de grandes marques de luxe telles que LOEWE ou la mode comme la FASHION WEEK qui en font usage par de grandes agences publicitaires sous l’appellation stretposting/wildposting… la mode c’est ce qui se démode disait Cocteau…

Ludovic HOSPITAL